C’est dans la maison familiale que le pseudonyme Jaoulma est né et a été officialisé en 2013.

Un univers artistique avec, pour première impulsion, le coup de crayon, puis l’ouverture sur la création informatique. Ma vision du travail est d’établir une relation de confiance à l’aide de nos rencontres et de mon écoute attentive. Imaginer vos idées avec un visuel dans lequel vous puissiez vous retrouver et le conceptualiser jusqu’à satisfaction. 

Jaoulma prône le rapport humain, le respect et l’authenticité de ses projets. 

J’ai fait mes premiers pas de graphiste à l’Atelier de Roger Pfund durant un stage de deux mois. Puis, j’ai débuté l’ERACOM à Lausanne où j’ai obtenu mon CFC de graphisme en 2013. Durant ma formation, j’ai tenu à exercer mes compétences sur des mandats concrets en participant à différents concours, en travaillant dans une agence de communication basée à Sion et en acquérant mes premiers clients. 

Grâce à mes différentes expériences professionnelles, j’ai pu développer ma propre patte graphique. Tout en gardant un esprit d’initiative, créatif et dynamique, j’ai pu travailler tant dans le domaine du luxe (Garage Mercedes-Benz et Bentley, Swiss Médical Network, études d’avocats, …) que dans le milieu culturel (Adac, école de musique de Pully, La Compagnie Albertine, …) que pour des particuliers (Geneviève Perraudin, Didier Martin, Isabelle Flouck,…) et en réalisant un ouvrage (carrière sur mesure) édité par la maison d’édition Maxima à Paris. 

Aujourd’hui, je suis mandatée par le groupe Swiss Medical Network et je gère les supports de communication pour les cliniques Montchoisi et Valmont. Je continue la découverte d’histoires que les personnes indépendantes, les associations et entreprises me confient. 

Jaoulma ne se cantonne pas à son univers graphique, mais déploie son imaginaire sur des toiles, des objets du quotidien et de la musique. 

Mon inspiration vient de rencontres et de mon histoire personnelle. Adoptée à l’âge de trois semaines, je ne pouvais qu’imaginer ma mère biologique. La recherche identitaire et les questions autour de mon adoption m’ont suivies jusqu’à mes 23 ans, où, comme dans un film, j’ai pu retrouver mes origines. Dès lors, l’image de la jeune femme adoptée s’est dissipée, pour laisser place à la réalité et à mon identité propre.

Apparitions dans la presse