was successfully added to your cart.

Panier

CARNET DE VOYAGEPEINTURE

Couleurs

By octobre 18, 2019 No Comments

« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis. » – Victor Hugo. 

Faire face à la disparition d’un proche amène, pour toutes générations confondues, un ensemble de questions sur son chemin de vie. C’est une remise à zéro. La mort fait peur. Où est-ce l’inconnu de la mort ? Funeste moment solitaire. Au délà de la mort s’éparpille une explosion de souvenirs, d’odeurs et de sons. Des moments qu’on ne souhaite pas oublier. On s’accroche à cette mémoire, comme à un dernier rempart dans la bataille face à la crainte cruelle de l’oubli. Un monde s’écroule, les émotions bouillonnent, le vide et le silence deviennent assourdissants. Cette colère que l’on ne saurait contre qui tourner. Puis, l’étape cruciale de ce périple endeuillé se profile ; la terre tourne encore, le monde vit autour de nous. Le corps et l’esprit, alors, s’acclimatent doucement et acceptent ce départ soudain. 

En créant cette œuvre, je suis alors bercée par la chanson de Louane, accompagnée de son piano.

« Est-ce que tu m’entends ? Est-ce que tu me vois ? Qu’est-ce que tu dirais, toi, si tu étais là ? …. J’ai des conversations imaginaires avec des gens qui ne sont pas sur la terre. »

Dans ce visuel présenté, ce personnage, seul face à une étendue d’eau s’invite dans une danse intime, comme emporté par les bras de la personne qui lui manque. La mort est une perte sans nom qui se cache derrière un bouquet de souvenirs qui fleurissent et qui s’enrichissent grâce à notre mémoire. Des souvenirs colorés et intenses qui viennent éclaircir, au fil du temps, cette sombre tristesse. 

Leave a Reply

*

code